بطاقة للنجم الجزائري مصطفى دحلب

العربي ب

  • Hero Member
  • *****
    • مشاركة: 1235
    • مشاهدة الملف الشخصي
    • البريد الالكتروني
في: آب 14, 2010, 09:53:12 مسائاً
    MUSTAPHA DAHLEB UN JOUEUR PROF ALGERIEN



Mustapha Dahleb est un joueur clé de l’histoire parisienne.  Arrivé en 1974 juste après l’accession du club parisien en Division 1, il est  resté en tout 10 ans et a marqué le club de ses gestes techniques, de ses buts  et de sa très grande classe. Une fidélité exemplaire au PSG, qui peut le  remercier de tous ses services rendus !

Né en 1952 en Algérie,  à Bejaïa, Mustapha Dahleb est arrivé très jeune en France. En 1954, ses parents  ont quitté une Algérie qui s’enfonce de plus en plus dans la guerre civile pour  venir en France, plus précisément à Givet, une ville située dans les Ardennes et  à même pas 5 km de la Belgique. Son père trouve un emploi à Flohimont, un hameau  situé juste à côté. Ce dernier va inscrire en 1958 son fils dans le club local.  Une idée de génie ! Mustapha Dahleb est déjà plus doué que les autres à son âge.  Évoluant au poste d’attaquant à l’époque, Dahleb est repéré à l’âge de 13 ans.  Commence alors une ascension fulgurante : mis à l’essai à 14 ans, il rejoint le  centre de formation du club ardennais, Sedan, et porte déjà le numéro 10. Tout  un symbole...

Après avoir joué dans les équipes de jeunes, il rejoint  l’équipe réserve à 16 ans et est par la suite convoqué pour des matches avec  l’équipe première. Le 14 décembre 1969, il joue le premier match officiel de sa  carrière avec l’équipe A de Sedan face à Angers (victoire sedanaise à  l’extérieur 3 – 1). Il recommencera l’année suivante, en entrant à la mi-temps  du dernier match de la saison 1970/1971, qui voit son club descendre en deuxième  division. Les principaux titulaires des dernières saisons étant partis, Mustapha  Dahleb se voit cette fois-ci intégré dans l’équipe première du club, grâce à la  signature d’un contrat stagiaire. Mais tout de suite après la signature de son  premier contrat, Mustapha Dahleb apprend par la délégation de son pays d’origine  qu’il est appelé pour effectuer son service militaire. Contraint et forcé, il  quitte la France pour l’Algérie pour faire son devoir. Malgré tout, le football  est toujours bien présent dans sa vie puisqu’il choisit, en accord avec Sedan,  de s’engager le temps de son service avec le Chabab Riadhi de Belouizdad (mieux  connu sous le nom de Chabab Belcourt), le club le plus connu en Algérie à  l’époque. Mais étant donné son statut, Dahleb joue très peu avec cette équipe et  voit de loin le Chabab gagner la Coupe du Maghreb des Clubs Champions, sorte de  Ligue des Champions des clubs du nord de l’Afrique : les quatre champions du  Maroc, de la Tunisie, de la Lybie et de l’Algérie s’affrontaient dans cette  compétition aujourd’hui disparue. Mais même si Mustapha Dahleb ne jouait pas,  son passage a suffi à taper dans les yeux de Rachid Mekhloufi, le sélectionneur  national de l’équipe militaire. Dahleb est un titulaire indiscutable et joue une  vingtaine de fois en deux ans.

En septembre 1973, après deux années  passées pour son service militaire, Mustapha Dahleb revient à Sedan où une  surprise l’attend : un véritable contrat professionnel ! A 21 ans, le natif de  Bejaia s’engage pour quatre saisons avec le CS Sedan Ardennes. Et dès sa  première saison parmi les professionnels, ce joueur crève littéralement l’écran.  Aligné en octobre 1973, le temps de reprendre correctement le football après  deux années de « coupure », le jeune algérien marque les esprits par des gestes  techniques exceptionnels, dignes des plus grands joueurs brésiliens : roulettes,  feintes, crochets meurtriers, retournés acrobatiques... Déjà à son âge, son  style de jeu, qui le poursuivra tout au long de sa carrière, est bien en place !  Le public devient fan de Mustapha Dahleb et l’appelle « Mouss » ou « Moumousse  ». Avec 17 buts en 27 matches joués, Dahleb devient très largement le meilleur  buteur de son club, pour sa première saison pleine avec les professionnels !  



Mais  malheureusement pour lui, cela ne suit pas derrière. Le deuxième meilleur buteur  du club est Bernard Caron, avec 5 buts, qui évolue au poste ... de défenseur  central. Ceci veut tout dire. Mustapha Dahleb n’a pas pu éviter la relégation du  CS Sedan en deuxième division, pour la dernière saison de l’entraîneur plus  qu’emblématique du club ardennais, Louis Dugauguez. Il attire donc à l’époque  toutes les convoitises. Mais un club en particulier le désire : le Paris  Saint-Germain. Tout juste promu en division 1, le club alors dirigé par Daniel  Hechter n’hésite pas à casser sa tirelire pour s'attacher ses services. 1,35  million de francs a été payé à Sedan pour le recruter, une somme qui peut  paraître ridicule aujourd’hui mais qui était véritablement astronomique à  l’époque. Un record fut même battu, c’est dire la valeur de ce joueur ! Et au  Paris Saint-Germain, Mustapha Dahleb ne va pas mettre longtemps à s’imposer. Dès  sa première saison, il est le complément parfait de François M’Pelé,  l’avant-centre. Quand le deuxième ne marque pas, le premier est toujours là pour  suivre ! Toutes compétitions confondues, ces deux-là ont marqué pas moins de 50  buts (19 pour Dahleb, 31 pour M’Pelé). Dahleb est surtout présent pour la Coupe  nationale : en 4 matches joués, il a marqué à 6 reprises... Mais malgré ces  statistiques flatteuses, la défense parisienne, qui joue sa première saison de  Division 1, n’est pas à la hauteur. C’est bien beau de marquer, encore faut-il  ne pas trop encaisser de buts ! Paris parvient quand même à se sauver d’une  relégation qui aurait eu de graves conséquences. La deuxième saison de Dahleb au  sein du club de la capitale est du même acabit : 12 buts en 37 matches et encore  une fois le maintien comme seul souvenir.

En revanche, la saison  1976/1977 va tout changer pour lui. Just Fontaine est parti et Vélibor Vasovic  arrive. Dès son arrivée, il met Mustapha Dahleb comme capitaine, « tout  simplement parce que c’est le meilleur ». Ce qui veut tout dire. Et surtout, il  le change de poste : habituellement ailier ou attaquant de soutien, il le place  en tant que milieu offensif. Une idée de génie ! Mustapha Dahleb, profitant de  davantage d’espace et pouvant être plus libre sur le terrain, réalise une saison  exceptionnelle à tous points de vue. 26 buts marqués en 42 matches, encore de  nombreux gestes, des passes décisives... Mustapha Dahleb régale le public du  Parc des Princes, qui est encore plus demandeur ! Le 13 février 1977, l’algérien  marque un quadruplé contre l’Entente Bagneux-Fontainebleau-Nemours lors d’un  32ème de finale de Coupe de France, le tout premier de l’histoire du club de la  capitale ! A l’heure actuelle, seuls quatre joueurs (et non des moindres) ont  réalisé cet exploit : lui, Carlos Bianchi, Patrice Loko et le brésilien  Christian. Cette saison se conclut par des titres plus honorifiques pour lui :  il est élu à la fois meilleur joueur étranger et meilleur joueur tout court du  championnat !



Grâce  à cette saison réussie, Mustapha Dahleb a pu enfin gagner une place en  sélection. Et ce, grâce au PSG. En effet, aussi bizarre que cela puisse être, il  n’avait jusqu’alors eu aucune sélection avec l’équipe première algérienne... Il  effectue sa première cape lors d’un match face à la Tunisie le 28 février 1977,  décisif pour la qualification en Coupe du Monde 1978 en Argentine. Mais un match  nul 1 – 1 élimine les Fennecs de la compétition. Il faudra attendre quatre  années plus tard et la Coupe du Monde 1982 pour revoir Dahleb au plus haut  niveau. Il participe à la victoire historique de l’Algérie face à l’Allemagne à  Gijón (2 – 1), mais perd les deux autres matches. L’Algérie est éliminée sur un  match apparemment « truqué » entre l’Allemagne et l’Autriche : si la première  équipe gagnait, la seconde était aussi qualifiée. Un but en début de match et un  match soporifique plus tard, l’Algérie fut éliminée dans des circonstances qui  laissent planer le doute...

Entre temps, Mustapha Dahleb est devenu une  idole au Paris Saint-Germain. Mais le 12 février 1978, lors d’un match de  championnat face à Lyon (défaite parisienne 3 – 2), il se blesse gravement au  ménisque. Sa saison est d’ores et déjà terminée et cette blessure va la suivre  tout au long de sa carrière. En effet, il va régulièrement être victime de  rechutes. Petit à petit, le club recrute d’autres joueurs et même s’il reste  titulaire, il n’est plus aussi fort qu’auparavant. Lors de la saison 1978/1979,  il est régulièrement blessé et manque de longues périodes de compétition (2  mois, 1 mois...). Heureusement que le PSG avait dans ses rangs un certain Carlos  Bianchi, sinon le club serait tout simplement descendu en division inférieure !  Le temps passe et malgré les sollicitations de nombreux clubs en Europe,  Mustapha Dahleb choisit de rester à Paris. Son club. Et la patience va finir par  payer. En 1982, outre la Coupe du Monde en Espagne, il a eu l’honneur de gagner  la Coupe de France, suite à un match épique face à Saint-Etienne. Comme le PSG,  c’est son premier titre majeur en tant que footballeur professionnel, à 29 ans !  Mieux vaut tard que jamais. L’année suivante, il récidive avec une nouvelle  Coupe de France, obtenue face à Nantes cette fois-ci. En 1983, il effectue alors  ce qui sera sa dernière année avec le PSG. Sa dixième d’affilée, un record qui  sera cependant battu quelques mois plus tard par un certain Jean-Marc Pilorget,  recordman des matches joués avec le club de la capitale. Il quitte donc le PSG  en 1984 avec le sentiment du devoir accompli.



En  1984, il ne prend cependant pas sa retraite puisqu’il signe à Nice, pour une  seule saison. Il évolue pour la première fois de sa carrière en division 2. Mais  là encore, son ménisque va lui jouer de nombreux tours. En effet, il n’a joué  que 19 matches en championnat : le 15 décembre 1984, il se blesse lors d’un  match face à Louhans-Cuiseaux et manquera quatre mois de compétition. Passé sur  la table d’opération, il reviendra amoindri et préférera arrêter sa carrière en  1985, sur blessure, à seulement 33 ans. Un âge relativement modeste pour un  joueur qui aurait pu donner tellement plus encore ! Mais il quitte le football  sur une note positive : il devient champion de France de division 2.

Dès  l’annonce de sa retraite, il quitte le monde du football et devient réalisateur  de projets socio-économiques pour les pays africains. Il revient s’installer à  Paris et voyage régulièrement dans le monde. Plus tard, il deviendra même  consultant pour la faisabilité de projets en Afrique. Une reconversion réussie  donc. Mais le football est toujours présent dans sa vie : il est membre du  Variétés Club de France et tape encore des fois dans le ballon, dans les grandes  occasions. Au début des années 2000, le siècle étant terminé, les récompenses  commencent à venir. En 2001, il est élu Fennec du siècle, c'est-à-dire meilleur  joueur algérien des années 1900 à 2000 ! La récompense ultime, prouvant qu’il a  été un joueur très important. Le 11 juillet 2003, il est même décoré en tant que  chevalier de la légion d’honneur, un privilège que peu d’étrangers ont eu le  plaisir d’avoir. Enfin, en 2004, il reçoit l’Etoile d’Or algérienne, en tant que  prix spécial, pour l’ensemble de sa carrière. L’Etoile d’Or est un prix  symbolique remis par le magazine Competition.



Mustapha  Dahleb est donc un grand monsieur de l’histoire parisienne. Véritable pionnier  du PSG, il est l’exemple type du joueur qu’on ne voit quasiment plus en France  aujourd’hui, à savoir un joueur vif, rapide, technique et surtout fidèle à son  club. Il a connu les plus grands, à savoir Dogliani, Tokoto, Rocheteau, Susic,  Bianchi, Fernandez, Pilorget, etc... La liste serait trop longue à donner. Avec  98 buts marqués en 310 matches joués, il est devenu pendant un temps le meilleur  buteur du club parisien, avant d’être battu par Dominique Rocheteau et bien plus  tard par Pedro Pauleta. Avec de si belles statistiques, nul doute qu’il faudra  attendre très longtemps avant de voir un meilleur joueur algérien évoluer au  club de la capitale... Merci pour tout Monsieur Dahleb !


العربي ب

  • Hero Member
  • *****
    • مشاركة: 1235
    • مشاهدة الملف الشخصي
    • البريد الالكتروني
رد #1 في: آب 14, 2010, 10:19:48 مسائاً
هذه بطاقة للاعب الدولي المحترف الجزائري مصطفى دحلب  الذي لعب لفريق باريس سان جرمان و يعتبر من أوائل اللاعبين المحترفين الذين لبوا نداء  فريقنا الوطني الجزائري عندما كان بحاجة اليه طبعا بعد اللاعبين القدامى رشيد مخلوفي سانت ايتيان ، و آخرون ، أتمنى أن تطلعوا على هذه البطاقة للاعب موهوب و محترف